Oeuvres érotiques complètes par Guillaume Apollinaire

Oeuvres érotiques complètes

Titre de livre: Oeuvres érotiques complètes

Éditeur: La Musardine

Auteur: Guillaume Apollinaire


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Oeuvres érotiques complètes.pdf - 36,588 KB/Sec

Mirror [#1]: Oeuvres érotiques complètes.pdf - 40,444 KB/Sec

Mirror [#2]: Oeuvres érotiques complètes.pdf - 44,251 KB/Sec

Guillaume Apollinaire avec Oeuvres érotiques complètes

Livres connexes

Les Onze mille verges • Les exploits d'un jeune Don Juan • Poésies





En 1934, soit seize ans après sa mort, paraît – sous le manteau – Les Œuvres érotiques complètes de Guillaume Apollinaire qui reprend la totalité des publications antérieures dispersées. Cet ouvrage constitué de trois tomes comprend Poésies, Le Cortège priapique, Julie ou la rose, Le Verger des amours, Les Exploits d'un jeune Don Juan, Les Onze mille verges ou les amours d'un hospodar. Il est accompagné d'une vingtaine de gravures originales, attribuées à Berthommé Saint André. Il n'a jamais été réédité tel quel depuis.



Certains textes ont été publiés seuls, d'autres pas, parfois leur paternité fut contestée. La Musardine se propose aujourd'hui de mettre à disposition du public l'intégralité de ces textes, assortis d'illustrations d'époque, avec une analyse historique constituée à partir de découvertes récentes, permettant ainsi de rendre accessible et de clarifier cette œuvre érotique, incontestablement la plus marquante du XXe siècle.


Hormis les poésies où le génie d'Apollinaire dépasse tout entendement – " Ma bouche à tes seins blancs comme des petits suisses / Fera l'honneur abject des suçons sans venin / De ma mentule mâle en ton con féminin / Le sperme tombera comme l'or dans les sluices " – le texte phare demeure Les Onze mille verges. Le choix des villégiatures à travers le monde et la perversité du prince Vibescu sont prétextes à des débordements qui ne peuvent jaillir que de l'imagination fertile de cet auteur hors norme. Les pérégrinations du Prince sont ponctuées de scènes particulièrement inconvenantes, décrivant dans une " joie infernale " toutes les facettes de la sexualité avec une volonté évidente d'éclectisme : sadisme, masochisme, ondinisme, onanisme, saphisme, vampirisme et surtout – en dernier " isme " – surréalisme qui, sublimant la crudité du récit, transcende l'humour placé au tout premier plan.



Avec Apollinaire, la question est désormais posée : tout compte fait, l'Enfer ne serait-il pas joyeux ?



Préface d'Alexandre Dupouy.